D’autres vertus du café

Si on prend souvent un café après le repas, ce n’est pas par hasard… La caféine facilite la digestion en augmentant la sécrétion de salive et d’enzymes digestives et en favorisant le transit intestinal.

Le café est aussi réputé pour son action anti-migraineuse. En effet, la caféine exerce une constriction des vaisseaux sanguins du cerveau. Résultat : elle diminuerait l’intensité et la durée des migraines.
La caféine offrirait également une protection contre les calculs biliaires et la maladie de Parkinson.

Le café et le sport

Certaines études montrent que la caféine peut aussi influencer la performance sportive : au niveau du système nerveux, elle facilite la vigilance et entraîne une augmentation de la fréquence cardiaque. Au niveau du tissu adipeux, elle mobilise les graisses comme principale source d’énergie au cours d’un effort physique. En résumé, boire deux ou trois tasses avant l’effort retarde l’apparition de la sensation de fatigue…

Le café est un antioxydant

Le café contient des substances dites antioxydantes, dont les propriétés sont de plus en plus étudiées. Elles agissent comme protecteurs face au vieillissement cellulaire et aux mutations des cellules à l’origine de cancers. Les propriétés antioxydantes du café sont ainsi parmi les plus élevées de toutes les boissons, avec le thé.
On retrouve la caféine dans de nombreux produits de beauté, tels que les crèmes amincissantes, les gommages pour le corps et dans la composition de compléments vitaminiques.

Mais attention… La consommation excessive de café génère des effets négatifs tels que nervosité, anxiété, agressivité, insomnie. Alors, à boire avec modération ! On considère qu’une « consommation raisonnable » de café correspond environ à 400 mg de caféine/jour, soit 4 grandes tasses ou 5 à 6 Expressos.

Le café et les femmes enceintes

Il paraît sage de recommander aux femmes enceintes de ne pas dépasser la limite raisonnable de 300 mg de caféine par jour, car cette substance passe le filtre placentaire.
En particulier, la prudence doit être recommandée durant le premier trimestre de la grossesse, période pendant laquelle la croissance du fœtus est la plus sensible aux effets de la caféine.